Quatre cents personnes se sont réunies à Donostia pour rendre hommage à Txillardegi, dans le cadre de son hommage organisé par AEK et KORRIKA. L'événement a eu lieu à Musikene, le Centre de musique supérieur du Pays basque, en présence de Jakin, l'UPV et des membres de la plateforme Txillardegi Liburutegia Herri Ekimena.

Une interprétation du pianiste Eliezer Gutierrez a commencé l'hommage pour rappeler sa relation privilégiée avec cet instrument.

Mertxe Mugika, coordinatrice d'AEK, a été la première à prendre la parole pour parler au nom des principaux organisateurs. En plus de rappeler l'importance du batua en tant qu'outil de diffusion de la langue basque, Mertxe a voulu souligner la participation particulière du linguiste dans sa conception: "il existe un élément fondamental dans l'histoire de notre langue, qui est la création du batua". Elle a également mis l'accent sur l'époque où Txillardegi a fais un Klika dans différents domaines, faisant allusion à la devise du 21ème KORRIKA.

Pour la KORRIKA, le travail d'équipe était bien représentée : le magazine Jakin et l’Université du Pays Basque ont voulu partager l’hommage avec AEK. Le premier a publié la collection de livres Dabilen pentsamendua (Prix du projet de la Fondation Elkar en 2017), avec une série de volumes dédiés à la figure de Txillardegi; avec entres autres, une biographie de l'écrivain signée par le journaliste Miren Rubio.

Lorea Agirre, directrice de Jakin, a évoqué dans son discours la préface de Joxe Azurmendi écrite pour la biographie de Txillardegi et a souligné la contribution du penseur au choc des générations: en modifiant un sentiment de nation fondé sur la race à un autre fondé sur le basque. Selon les mots d'Agirre, «cela a été un vrai KLIK vers une nouvelle condition d'être euskaldun».

Txillardegi a également été professeur à l'Université du Pays basque, comme l'a souligné Jon Zarate, vice-recteur de langue basque et de la formation continue de l'UPV. Il a enseigné pendant 20 ans à l’institution où, selon Jon Zarate, il s’est distingué en amenant les bases de la sociolinguistique des mathématiques.

Après cela, les participants ont eu l’occasion de voir en avant première le documentaire Txillardegiren Klika, réalisé par Kote Camacho. S'appuyant sur l'assistance d'Eneko Dorronsoro et basé sur un entretien mené par AEK à l'occasion du 14ème KORRIKA, le film parle entre autres de la langue basque de Txillardegi et des premiers pas de l'Université en basque. Le documentaire comprend également du matériel audiovisuel non publié jusqu'à présent.

Mais Txillardegi n'était pas seulement connu dans le circuit culturel : il a également laissé une forte empreinte sur les mouvements populaires. La plateforme Txillardegi Liburutegia Herri Ekimena, par exemple, revendique depuis des années le changement de nom de la bibliothèque centrale de Donostia par la bibliothèque de Txillardegi.

Cette influence sur la culture populaire a d'ailleurs été l'un des sujets du sketch joué pendant l'hommage par les acteurs Asier Sota et Asier Hormaza, d'après un texte de Ramon Agirre.

L'un des moments les plus émouvants a eu lieu lorsque la famille de Txillardegi est monté sur scène pour récupérer le souvenir de la 21ème KORRIKA, offert par Asier Amondo.

Enfin, une nouvelle pièce au piano d'Eliezer Gutierrez a permis de clore l'hommage. À la fin, les personnes participant à l'hommage et les membres de la famille ont pris une photo pour montrer leur soutien à AEK et à KORRIKA.